« Tout simplement, en l’acceptant comme il est… »

A Nantes, en plein débat sur le mariage pour tous, les LGBT se sont retrouvés lors d’un atelier sur le respect de l’autre et le droit à la différence, deux thèmes incontournables pour un forum dédié aux droits humains.

Par Chaima Metoui et Aida Chakari

« Le Centre LGBT est un lieu d’accueil, d’écoute et d’orientation pour les lesbiennes, gays, bis et trans (LGBT). Il a pour rôle fondamental de soutenir personnes qui se sentent encore marginalisées dans la société française. C’est un espace de convivialité qui donne l’opportunité aux LGBT de se retrouver dans le cadre d’une communauté », affirme Martine Letellier, vice-présidente du Centre LGBT de Nantes, qui participait, le jeudi 23 mai 2013, à l’atelier « Vivre avec l’autre : heureusement différents ».

Ce centre s’occupe notamment de questions relatives à la santé, en donnant des conseils pour éviter les maladies sexuellement transmissibles. Des psychologues interviennent pour aider ceux qui souffrent de « phobies sociales » à cause des pressions insupportables de leur entourage ou des insultes qu’ils subissent. Le centre s’engage aussi sur des sujets politiques. Il a participé à la mobilisation pour l’ouverture du mariage aux couples de même sexe (votée le 17 mai 2013) et continue de se battre pour le changement de l’état civil des personnes trans, un sujet largement négligé. « En France, le droit des trans est quasiment inexistant. On est en train de se battre pour changer cette situation. Il est primordial de noter que tous les transsexuels n’ont pas recours à des modifications physiques. On peut accepter l’aspect d’un homme dans un corps d’une femme et inversement », confirme Martine Letellier.

Comment respecter les LGBT avec leur différence ? Pour Aminata Damdam, une jeune nantaise assistant au débat, « tout simplement en les acceptant comme ils sont. Il ne faut pas avoir de préjugé sur une différence. Je pense que chacun est diffèrent, c’est même ça qui permet de définir son identité ». Une opinion largement partagée au forum, comme en témoigne Amélie Pierre, une autre jeune nantaise croisée dans le hall : « Il faut d’abord essayer de comprendre pourquoi l’autre est différent, en se mettant à sa place. Tout le monde est différent, c’est le principe de base qui permet d’accepter l’autre ». Et quand on demande si la loi française protège aujourd’hui suffisamment les LGBT, Aminata répond, pleine d’optimisme : « Pas suffisamment encore. Le mariage pour tous, c’est déjà bien. Reste l’application de la loi. Espérons qu’il y aura des moyens qui vont permettre à cette loi d’être mise en vigueur ».